Chaque apiculteur devrait avoir un roncier à proximité de son rucher. Que des avantages et aucun entretien !

De fleurs en fleurs

Richesse apicole de la ronce avec pollen et nectar

Détruite par les agriculteurs à grand coup de débroussaillant puissant, la ronce devrait être protégée car il y en a de moins en moins. La ronce colonise avec vigueur les terrains à l'abandon, surtout après des coupes forestières, mais aussi le long des rivières sans entretien. C'est la seconde année que la floraison a lieu. Avec le printemps pluvieux et froid que l'on a eu, entre deux éclaircies, le nectar de ronce récolté a surtout aidé les colonies à  se développer.   Par exemple, une colonie créée le 28 mai 2016 a aujourd'hui 3 hausses de miel, dont une hausse de miel de ronce (16 kg).

Pour faire du miel de ronce, il faut quand même des hectares de ronciers, ce qui est le cas à la Mouline.C'est un très beau miel mais hélas assez rare. Son odeur rappelle celle des sous-bois chauds et humides. Son goût délicat est soutenu par des accents onctueux de caramel qui se prolongent en bouche.

 

 

 

 

abeille sur lavande officinaleabeille sur fleurs de tilleul baronnies

 

 

Mi juillet 2016, les effluves enivrants d'un parfum capiteux se rependent dans la nature. Voici maintenant le moment où les abeilles butinent sur les fleurs d'un tilleul exceptionnel, un tilleul des Baronnies (à 800 mètres des ruches), des lavandes et surtout les fleurs de châtaigniers, avec une qualité odorante encore plus enivrante. Avec des matins frais et des journées caniculaires, les fleurs sont riches en pollen et nectar.

Colonie créée fin avril 2016 et déjà 4 hausses !   Fleurs mâles et femelles du châtaignier - Un jeune chevreuil sous un châtaignier

Colonie créée fin mai 2016, fleurs de châtaigniers et futures bogues

Un chevreuil sous un châtaignier