2016 est  l’ « ANNUS HORRIBILIS » de l’apiculture française mais dans certains lieux, ce fut aussi l’« ANNUS MIRABILIS » ! Comme je l’avais écrit précédemment, il n’y a pas de miracle dans la nature. C’est une lutte perpétuelle entre les espaces et les espèces. La vie et la survie se situent entre l’équilibre et le déséquilibre des biotopes.
La pluie a bloqué le développement des colonies d'abeilles. En Limousin la production de miel a chutée de 60 à 80% par rapport à 2015. Mais chez moi, grâce aux qualités de l'environnement, les arbres et plantes nectarifères, par réflexe de survie de l'espèce, ont décuplé leurs nombres de fleurs à cause du mauvais temps. Cela a permis aux abeilles d'avoir un surnombre de fleurs à butiner pendant les acalmies.

Paradoxalement, ce climat hostile a offert une véritable révélation de goût. En l'absence de fleurs d'arbres frutiers, seules les fleurs protégées des intemperies ont été butinées par les abeilles (ex : fleurs de hêtre, de ronces), ce qui a donné un éventail de miels aux superbes saveurs differentes des autres années.

  Le printemps

 Le printemps froid et pluvieux a poussé les abeilles à s'adapter à ces conditions extrêmes. La première récolte de miel à la Mouline a eu lieu fin Juin 2016. Les abeilles ont produit un miel hors du commun. Pendant 7 jours continus, la pluie les a confinées dans les ruches. Les nectars sélectionnés sont « de la haute voltige » ! Saules, hêtres, chênes, érables champêtres, merisiers, sorbiers, chèvrefeuilles.
En France, la production fut quasi inexistante. Chez moi, en Limousin, le Miel de la Mouline ,quantité et qualité sont au rendez vous.

C’est un miel avec  une magnifique concentration d'arômes, alliée à une finesse de texture. Les abeilles restant très nombreuses dans leurs ruches, ne pouvant sortir à cause de la pluie, ont ventilé au maximum leurs colonies afin d'évacuer l'humidité des nectars emmagasinés.
N'oublions pas que les abeilles récoltent leur miel afin que leurs colonies passent l’hiver avec une quantité et qualité nécessaire à leur survie (soit: 20 kilos de nourriture  par ruche).

  Le début de l’été !

 Après la pluie la sécheresse !!!   les 2 extrêmes en matière de climat tempéré !

En juillet 2016,  les arbres de la Mouline ont produit du nectar en puisant les réserves d'eau nécessaires, dans le sous-sol. Sur les différentes espèces de châtaigniers, la miellée a duré une dizaine de jours. Sur les ronces et chèvrefeuilles, les abeilles ont butiné jusqu'à mi juillet.
J'ai vu les abeilles cesser du jour au lendemain toute activité exterieure par manque de nectar (la canicule). Les colonies d'abeilles sont restées enfermées et se sont concentrées sur la régulation de la température de leurs ruches (couvains et cadres de miel).
Conclusion : Tous les cadres récoltés étaient tous opperculés par la cire - Une merveille !

Depuis 8 ans que je pratique l'apiculture, c'est la première année où toutes les ruches ont fait un miel parfaitement "mûr".
Evidemment que le climat a joué un rôle important (un mois à 11° maximum et quatre mois à 24° de moyenne, avec des pointes à 42° à l'ombre), ce qui a certainement  décuplé chez les abeilles, leurs capacités de recherches de nectars.

 

 Cadres de miel de ronce

IMG_0658IMG_0661

 

 

 

 

 

 

Des fleurs de ronces, des fleurs de prairies naturelles (que je ne coupe qu’en automne), un peu de miellat de châtaigniers, de chênes et de tilleuls forestiers, quelques nectars de lavandes officinales, ont favorisé deux récoltes aux saveurs chaudes et caramélisées,

 

 
La fin de l’été !!!

Avec des pics à 41°, 42° le  Limousin a été en 2016 la région la plus chaude de France, comme en 2015 !

En Aout 2016, 2 récoltes ont apporté des arômes et des saveurs presque méditérranéenes, puissantes mais gardant un équilbre grâce à une texture suave.

En automne, par respect pour les abeilles et de leur bien-être, je leur laisse leur dernière récolte.

La qualité des miels dépend aussi de celle des abeilles.

Cadre de hausse avec alvéoles en forme de fleur                                                              

Cadre de miel mûr c'est à dire parfaitement oppeculé

Contraste entre la pellicule de cire blanche et la partie désoperculée avec les alvéoles remplies de miel foncé de chataignier                                 

 

creation abeilleIMG_0669

IMG_0666

On peut constater les qualités organoleptiques des miels grâce à leurs propriétés en matière : d'aspect, de goût, de parfum, de couleur, de texture, de consistance.

IMG_0678IMG_0680IMG_0679

Très belle facture pour les miels d'été 2016, en cours de maturation.